Chocolate y otras Bebidas Artesanales


Un festival : Chocolate y otras Bebidas Artesanales (Chocolat et autres Boissons Artisanales) vient d'être organise à Mexico. L'idée c'est de présenter lors d'une exposition toutes les formes de chocolat, en matière première (cacao), en boisson, en parfums d'alcool come dans le mezcal ou le pulque et bien sur en gourmandises. Cette exposition met en valeur les richesses des deux états le plus pauvres du Mexique : le Chipas et l'état de Oaxaca. Le tout avec dégustations à la clé bien sur.  Cerise sur le gâteau ce festival avait lieu durant le weekend end du 18/19 mars, de plus un pont pour l'anniversaire de la naissance de Benito Juarez.


 Un pont que nenni ! Un weekend c’est suffisant. Pourquoi ne pas profiter de cette occasion pour la promotion de ces produits ?  La probable  vérité est simple : on s'en fout, on l'a fait, on a été super bien paye pour organiser alors maintenant pliez bagages...
Le Mexique en un symbole: le pays du show et des occasions perdues au bénéficie des abus.

On s'en lasse assez vite

Tous les dimanches matins et les après-midi parfois un mini-orchestre ou "banda" (deux/trois trompettes,) un tambour) nous offrent la sérénade. En échange on jette des pièces monnaies par la fenêtre., ce que je n'ai vu faire. C'est sympa au début, cela cesse d'etre sympa mais et puis... on s'habitue.


Peu après l'élection de Donald Trump...

  ...et  ses déclarations sur son programme. 
Les mexicains ont-ils vraiment peur ? Officiellement au niveau des autorités oui et pour cause. Même s’il est presque sur qu’ils ne prennent pas les mesures appropriées, si cela est possible à 100% il est vrai. Au niveau du peuple et des intellectuels cela donne cela : un chauvinisme nationaliste devenu caricatural qui ne sert  à rien. Mais comme le Mexique est un pays show-image ce genre d’images plaît !!



 L'image montre un farouche révolutionnaire mexicain hyper-armé en noir et blanc avec une bouteille de téquila retenant par sa main le drapeau tricolore mexicain avec l'aigle au milieu. La mise en scène qui frappe l'imagination est reprise sérieusement sur les comptes Facebook de milliers de personnes de tous milieux... 



Le Mexique m'a donne une paix...

 "México me dio una paz que me ha permitido seguir adelante. Estamos hablando ya de veinte años. Ya me voy a quedar aquí, pero ya todo el tiempo, de antes y después."
Y tambien:
" (...) Juan Gelman, pese a la violencia generada por la lucha contra el narcotráfico, nunca abandonará el país: “Me voy a quedar aquí; que después me lleven a tocar el violín en otro barrio. Yo me quedo en México”.
Juan Gelman, Premio Cervantes, deceso hoy en la capital.

Typique du larmoiement bonne-conscience

Le genre de truc avec lequel certains mexicains s la jouent intellos-tendance- révoltés- exemplaires ! Tous clament "Moins de paroles, plus d'action" et se sont ceux-là mêmes qui publient cela sur Facebook.

Ils ne te blesseront plus
Ils ne te voleront plus
Ton peuple réveillé
Nous voici
Me voila
Mon beau Mexique chéri

Webcam du Zocalo de Mexico (faire click sur le titre)

En direct du Zocalo grâce à des webcams tournantes la grande place du centre historique de Mexico, vue d'ensemble de la place, de ses monuments et de ses pistes de glace (gratuites) saisonnières :
Webcam du Zocalo de Mexico

A cette heure-ci  (13 heures) il y a encore peu de monde. Dans l'après-midi il y a une queue de 200 mètres pour entrer. Un peu démago mais tellement bien pour les enfants d'une métropole sans piscine et encore moins de patinoire.

L'essence de toutes les discordes

 Au Mexique c’est PEMEX une entreprise d’état  qui extrait, raffine le pétrole et distribue l’essence. Mais à partir du premier janvier il ya eu libération des prix de l'essence subventionnée ce qui entraine une  hausse de 17% à 20%. Et par une logique qui me semble plus que illogique par exemple la hausse du prix du kg de tortillas de 12 pesos (0,60 euros) à16 pesos (0,90 euros) soit une hausse 40% ce qui phénoménalement abusif. Bien sur c'est un il est normal de manifester. Mais au lieu que Morena (le grand parti de gauche) s'affiche et prenne la tête  comme il le devrait dans tout pays avec une vie politique normale il a préféré laisser s’organiser des manifestations citoyennes spontanées » dont personne n'est dupe. L'avantage; si le gouvernement ne cède pas ou très peu  Morena ne se sentira pas morveux!

(Non à l'augemtation brutale)
A la fin des manifestations il y a toujours des bandes violentes de vandales cagoulés qui envahissent les magasins et volent jouets et  appareils  électroniques. Bien sur cela inspire les commentaires sur Facebook. Je passe sur les commentaires démagos haineux mais je retiens ces deux-là qui résument la situation:
- les gouvernements ne viennent ni de Mars ou Jupiter. Ce sont les résultats d'une société de m..: ils veulent de politiciens honnêtes  alors soyez honnêtes
- bien sur ce sont des cons mais c'est la conséquence d’avoir été enc…s toute leur vie. (même s’il s’agit des jeunes)
Ce qui semble de la compréhension a valeur ici d'excuse sinon de justification. En suivant ce chemin les choses ne vont pas s'améliorer.

"Changer nous-même" ? Et la fête alors ?

Salvador Menchu, un intello de gauche, déclarait ce soit au cours d'un débat télévisé  sur l'avenir du Mexique au sujet de impôts que presque personne ne paie tout en exigent des services à l'européenne  :
"Mais il serait juste que l'on débarrasse de tout cela, çà fait partie du changement qui doit se faire pas seulement pour changer le gouvernement mais pour nous changer nous-mêmes." 
Il m'a fait sourire. Mais maintenant que j'écris ces lignes  à 3 heures du matin parce-que justement une fête des plus bruyantes a démarré voilà une heure, là je ne sourie plus.
Qui va faire changer ces gens? Un pouvoir fort ? Eux-mêmes ? Il ne faut pas rêver: cette tradition du "madrevalismo" (j'menfoutisme y compris social) est trop ancrée dans la mentalité et le mode de vie des mexicains pour qu'elle disparaisse un jour. Qu'en pensent nos intellos ? Ils veulent bien reconnaître le problème, le mal, peut-être à une mais l'envisager sérieusement mieux vaut ne pas y penser !

Il y a des lois bien sur ou à tout le moins des règlements de copropriété. La fête de mon emménagement, un samedi soir, s'est terminée aux environs de une heure du matin.. Le lendemain dans le hall de l'immeuble était affichée une  feuille avec copie d'un article du règlement rappelant que les fêtes devaient se terminer à 11heures en semaine et à deux heures le vendredi et le samedi.  En fait elles commencent  généralement à ce heures-la mais la différence dans ce cas c'est que les gêneurs sont... mexicains et entre cousins... Dans mon cas une fois on n'a pas hésité à venir frapper à onze heures-et-demi.

Si j'ai un fils PD....! (en chantier)

...
Il y a une jolie histoire a propos de Saul. C'était le dernier d'une grande famille pauvre, dans un village vraiment coupe du monde. Un jour son père le voit jouer avec les poupées de sa soeur, se met en colère et crie :
- Me muero si tengo a un hijo maricon !!!
et il mort dans la nuit !
Dans ce village de machos pécheurs et bûcherons la vie devint vite impossible pour Saul qui s'en alla en Califonie. La-bas, il apprit la cuisine et la pâtisserie. Bien des années plus tard, en 1979, quand il revint au village ce fut comme le retour du fils prodigue.
A part le restaurant de l'hôtel et quelques guinguettes sur la plage, il n'y avait pas ou manger au village. Saul a ouvert El Tule et ce fut un immense succès. Tout le monde était heureux, en particulier Doña Mercedes, sa mère qui adorait son mijo...
Mais le temps a passe emportant cette vieille dame et peu après Saul qui avait trop de peine l'a suivi.
 
Tous deux avaient pas mal abusé des bonnes chose et avaient du diabète. Le docteur en madurez, venait pour mesurer le taux de glycémie et cela ne se faisait pas sans difficultés.

...





Les quesadillas: le tabou mexicain

 Chaque pays a ses tabous comme on peut le deviner et comme le dessin ci-dessous nous le rappelle tristement. Au Mexique il  eu eu des tragédies nationales mais le sujet tabou n'a rien à voir avec une guerre ou une catastrophe économique. Il s’agit d’un petit plat national : les quesadillas.
Les quesadillas sont des tortillas pliées contenant du fromage fondu et un autre ingrédient, en général du jambon mais aujourd'hui aussi des champignons, des fleurs de courgettes ou même des crevettes. Oui mais voila, au Mexique tout est bon pour se quereller. Un clown intellectuel  a fait circuler sur Internet un message qui éclaircit l'origine de la quesadilla. 


Cela vient d'un mot nahuatl : « quetzaditzin » ou tortilla pliée. Bien sur cela semble sympathique mais n'importe quel connaisseur en nahuatl (la langue aztèque) a pu démontrer qu’il ne s'agissait que d'une mystification. Mais voila maintenant une bonne partie du pays y croit ou feint même d’y croire, peut-être par snobisme de classe, quelque chose de très important ici.
Au Mexique depuis des années l'intelligentsia a fait sa faillite mais quand il s'agit de clowneries alors là elle très forte.
Pauvre Mexique.
(d’après lahojadearena.com)


Le mythe de la générosité mexicaine

 Chaque pays a ses mythes et l'un des mythes au sujet du Mexique c'est la générosité de ses habitants. C'est peut-être le cas pour quelques uns, dans certains milieux et à l'égard de certaines personnes (les filles par exemple) mais en dehors de cela....
Par exemple Adela, une responsable de Couchsurfing à Mexico organise une « posada » de Noël, une veillée de Noël (ici une apre-midi) pour enfants  nécessiteux, « necesitados » comme l’on dit au Mexique. 


Adela a invité 214 personnes par Facebook. 45 d'entre  elles sont intéressées et 38 assisteront, dont de nombreux ne viendront pas comme c'est la coutume ici. Des cinq assistants « amis » que je connais  outre l’organisatrice et moi les trois sont des filles.
Ne pas faire l'effort de passer deux trois heures avec des enfants qui n'ont rien ou presque rien au moment de Noël me semble grave surtout dans un pays qui se dit si catholique. Mais cela représente parfaitement la société mexicaine. Autre point symbolique de cette société mexicaine les gars ou filles avec une (très) bonne situation apporteront des bougies et des bonbons alors que par contre Anaïs, la petite pâtissière, apportera une grosse salade russe.
Pour ma part j'apporterai ou des beignets ou ce que l'on appelle ici des « pais » (pies) : des tartelettes au fromage, maïs ou fruits achetés au supermarché dans les deux cas il y a des limites à la bonne volonté !

Ces "petits détails" qui changent tout


Ces "petits détails" qui en fait changent un vie et justifient ton exil au Mexique:
Températures ce jour à Mexico :
Jour : 24°, nuit : 9°
Température ce jour à Paris :
Jour : 7°, nuit : -1°
Comme dirait presque La Fontaine "ces chiffres valent bien quelques fromages."

L'ETE INDIEN (en toute liberté !!)

Je viens de découvrir cette petite merveille un peu osée sur Youtube.Il y en a d'autres bien mais J'ADORE cette chanson.
Je l'aurais bien partagé sur mon mon groupe Couchsurfing  +50y Travellers mais quelque uns sont tellement prudes que je préfère ne pas le faire. Et bien sur ces gens sont progressistes, ouverts, contre la censure etc....En fait ils ont surtout des problèmes !


Un coup d'oeil aux élections américaines

Tellement d'intellectuels se sont abstenus et en sont fiers lors de élections américaines, assurant la victoire de Donald Trump. Soit des frustrés de Bernie Sanders ou de la haine pour Hillary Clinton. Ils ont oublié les vrais enjeux !
Et après ils se prétendent généreux, progressistes etc... C'est bien cela l'hypocrisie absolue : on soutient verbalement les "opprimés", mais quand c'est le moment d'agir plus personne !


Trois millions de mexicains déportés, la construction d'un mur frontière, la remise en cause des accords commerciaux et peut-être même un impôt sur les "remesas", l'argent envoyé par les travailleurs mexicains au Mexique, tout cela n'est pas très joyeux pour les fils de Zapata et Pancho Villa.
Que va faire le gouvernement mexicain ? Il ne peut pas faire grand-chose. Ils ont reçu et regretté après Trump avant les élections et cela été très mal jugé, le gouvernement l'a plus ou moins officiellement reconnu. Il est vrai que cela ne change pas grand chose. Par la force des choses  comme toujours en de tels cas le nouveau président ou que cela soit accomplit une partie des promesses. Et parfois même en partie seulement et après il se contente de gérer. De grands dossiers de politique intérieures comme les impôts ou la loi sur la Sécurité Sociale d'Obama l'attendent tout autant que les très importants dossiers de politique étrangère.
Bien sur le peso par rappot au dollar ou à l'euro pres la chute du pétrole, s'en porte encore plus mal. C'est plutot bon pour les expatriés.

Les doux bruits de la rue (en chantier)

Bien sur quand on parle des bruits de la rue on pense avec mélancolie au passé :rémouleur, petits pains, rempailleurs par exemple. Mais à Mexico c'est  (très) sensiblement différent.
Il y par exemple la mini-fanfare lancinante qui progresse de 20 à 30  mètres toutes les quinze minutes, sans gain d''importance me semble-t-il mais je me tromper peut-être.


Ou il y a de la gêne il n'y a pas de.. (Commentaire)

(Un long et intéressant commentaire par  Charles et Alice deux  amis du blog.
Un grand merci.)

En fait, ce manque d'attentions en général est presque universel aujourd'hui : nos valeurs fondamentales de respect, de souci de l'autre, ont faibli au profit d'une pseudo liberté individuelle, issue notamment des années 60/70.
Le monde occidental, à force de vouloir se libérer de jougs un peu archaïques, est tombé un peu trop loin dans une liberté individuelle excessive, un égocentrisme outrancier On oublie de ce fait que nous ne vivons que rarement seuls et sur une île déserte sinon en groupe, en société, en voisinage. Des lors un minimum de respect s'impose, MAIS (grand "mais") ces notions ont quasiment disparu de nos habitudes et modes de vie : notre génération a grandi dans la politesse, l'apprentissage des basiques, le respect, etc.
Aujourd'hui, ce modèle est un peu éloigné et malheureusement, nous sommes quotidiennement choqués du manque d'attentions pour les uns et les autres.
Mais parfois, il y a de petits miracles : un jeune qui se lève dans le métro pour vous laisser la place, une personne qui laisse passer une autre à une caisse de supermarchés, comme si au fond, chacun avait besoin de ce retour à la paix en groupe.
La violence et les petites violences sont si pénibles à vivre qu'il nous faut impérativement garder forces et énergie pour des choses positives. Même si de toutes manières, nous serons individuellement impuissants à lutter contre ces évolutions de fond de notre monde. Nous avons moins d'énergie de plus en vieillissant... insuffisamment en tout cas pour faire face à ces pertes de valeurs.

La grande parade du Dia de los Muertos

La grande parade du Dia de  los Muertos, première année, l'objet de tant de polémiques ! Pas moins d'un quart de million de spectateurs selon les chiffres officiels!

Les tragique conséquences de l'absence....

Une tragique conséquence.... de l'absence d'esprit de communauté, de l'esprit d'exactitude par exemple,  une tragique conséquence du j'menfoutisme  c'est bien sur que cela entre autres a permis à la corruption de s'installer, et cela à un niveau irréversible et de même pour les trafics de drogue qui contrôlent en partie le pays. Et ce souvent avec la corruption des politiques mettant sur place un système qui ne permettra aucune rédemption, dans le meilleur des cas une stabilisation mais certainement pas un retour vers une situation plus saine. Et d'ailleurs tout le pays est contaminé : par exemple le système  scolaire des enseignants : depuis le j'menfoutisme (qualité et présence) jusqu'au supérieur (grèves  ou zéro sérieux d'une majorité d'élèves.) Autre exemple : le social. La conduite ultra-conservatrice des patrons à l'égard du personnel, presque pas de congés payés sauf peut-être dans l'administration et les services comme les banques. Pour sa part le système de santé publique qui n'assure plus est discrédité : installations, matériel et personnel, tout cela ne répond pas aux nécessités de la grande majorité de la population pour qui c'est l'unique moyen de se soigner.

En bref : les lendemains ne chantent pas et même les surlendemains ne vont jamais chanter pour le Mexique. Et bien sur personne y compris ceux qui en sont conscients (y en a-t-ils ?) refusent d'y penser et encore plus d'en parler.

Un Dia de los Muertos (Jour des Morts) pour tous

Un "Dia de los Muertos" (Jour des Morts) pour nos amis les bêtes !


Ou il y a de la gêne il n'y a pas de...

Il est près de deux heures du matin. Le voisin vient d'arriver, il ouvre sa porte bruyamment et la referme tout aussi bruyamment.
C'est sans doute cela le Mexique, aucun respect pour quoique ce soit; il est peut-être saoul, mais cela justifie-t-il les choses ? Et pourtant c'est un bourgeois instruit, "educado" comme l'on dit ici. Ils ne s'en sortiront pas et d'ailleurs ils ne le méritent pas. Ou il ya de la gêne ya pas de...


Dia de los Muertos dans film de James Bond

<iframe src="https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fpublimetromx%2Fvideos%2F10154551350475126%2F&show_text=0&width=400" width="400" height="400" style="border:none;overflow:hidden" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" allowFullScreen="true"></iframe>

El Dia de los Muertos (Jour des Morts) : rien à voir

(Ce texte est repris d'un blog français qui nous décrit beaucoup mieux que je ne saurais le faire les rites du "Dia de los Muertos" ou Jour des Morts.)

Au Mexique, la mort a un goût sucré et colore les rues. Les enfants mexicains frappent aux portes de leurs voisins en demandant des crânes en sucre au lieu de les menacer. Dans le sud-ouest des Etats-Unis, caractérisé par une forte présence hispanique, les maquillages souriants noirs sur fond blanc entourés d’une couronne de fleurs se multiplient au milieu des costumes de vampires, sorcières et fantômes. Plus généralement, l’engouement pour la culture mexicaine se développe dans le monde entier. Voici quatre différences majeures entre Halloween et le" Dia de los Muertos", jour des morts.

Deux jours de fête

Les deux fêtes coïncident sur le calendrier, dans la tradition de la Toussaint catholique. Au Mexique, elle se célèbre du 31 octobre au 2 novembre et ces deux jours sont fériés. Le premier jour est consacré aux enfants “los angelitos”, le second aux adultes. Des autels sont dressés dans les maisons en honneur de ces derniers. Les portraits de Frida Kahlo y trouvent une place particulière. Les familles partent déjeuner sur les tombes de leurs morts.

Des festins pour le retour des défunts et des crânes sucrés

La nourriture occupe une place centrale dans cette fête. Les familles cuisinent les plats préférés des défunts. Les sucreries typiques de la fête sont les calaveras, de petits crânes en sucre colorés. Le "pan de muerto", sorte de pain brioché, est également vendu dans les boulangeries.

Une fête colorée

Oubliez la citrouille creusée bien que les teintes de la cucurbitacée se confondent parfaitement avec celles des feuilles d’automnes. Optez pour des tons d’été bigarrés. Au Mexique, colliers de fleurs et guirlandes de papiers découpés en forme de squelettes colorés ornent les autels dressés dans les maisons. Des pétales de fleurs et des bougies sont disséminés sur les chemins conduisant aux cimetières. Autrement dit, la couleur prime sur la noirceur. La mort, personnifiée par le squelette vêtue d’une tunique colorée de la Santa Muerte, semble plus sympathique que sanglante.

Une dimension historique et politique

Un autre squelette féminin est entré dans le folklore populaire depuis le début du XXème. La Catrina représente l’indépendance des Mexicains face aux Européens. Dans ce sens, le jour des morts, inscrit depuis 2008 au Patrimoine immatériel de l’Unesco, symbolise la fusion entre rites préhispaniques et catholicisme introduit par les Espagnols au XVIème siècle. Catrina apparait notamment dans la fresque de Rivera, “Sueño de una tarde dominical en la Alameda Central”, à voir au musée des fresques de Diego Rivera, à Mexico D.F."

(Viatorcom)

Savoir-vivre mexicain !

(Quand on m'invite dans un restaurant élégant et chic :
- il y a des chips ?)

C'est souvent décourageant quand on invite des mexicains à déjeuner. Poulet ou lapin chasseur, saumon grillé, ou même quiche lorraine ou spaghetti carbonara, il y aura toujours des invités pour demander de la sauce "chile habanera", la plus forte, en te laissant entendre discrètement ou non que ta cuisine n'a pas de goût...