"J'avoue que j'ai vécu" (Pablo Neruda)

 Héléna, une copine allemande de Bremerhaven avec qui je suis en contact m'écrit dans sa dernière lettre :

" I had a lot of social and private life, sometimes to the excess; it has calmed down considerably now, as I am older; some friends are dead, some "got lost" on the road, and others live rather far away...  But I have never gone into "winter sleep"

("J'ai eu une vie sociale et privée très bien remplies, parfois à l'excès: Maintenant que je suis plus âgée.cela s'est considérablement calmé. Quelques amis sont morts, d'autres se sont perdus en route et d'autres vivent plutôt loin... Mais pour autant je n'ai jamais fait de pause avec l'âge.")

Je m'y retrouve presque à 100% sur le fond, meme si beaucoup moins sur la densité. Mais comme le disait Pablo Neruda: "J'avoue que j'ai vécu.", bien sur !

Mexique : une rédemption improbable sinon impossible

Ce qui suit ci-dessous est un extrait de journal paru en juillet dernier et qui m'a semblé assez pertinent à un point près, un point de taille toutefois. Quand il est question de changer le système économique néo-libéral on sait bien que c'est improbable et se moquer du monde. Tout au plus un léger encadrement de l'économie et des réformes sociales sont envisageables au Mexique.

"Para Andrés Manuel, las soluciones a los problemas de México son muy sencillas, se resuelven con su llegada a la presidencia. Para él, no existe problema mayor que el de la corrupción y el de la autoridad. Si se combate la corrupción y se ejerce la autoridad, se trabaja en bien del pueblo y se endereza el rumbo del país.
Es una visión que raya en la ramplonería. Para resolver los problemas del país hay que cambiar el sistema económico dominante en México. La corrupción es parte integral de ese sistema económico neoliberal, que ciertamente en México alcanza niveles monstruosos debido a que el sistema político se sostiene en la corrupción y en la impunidad."

(SDPnoticias.com 17 de Julio 2016)

Commentaire:

 Penser que cela peut changer au Mexique grâce à une élection (dans ce cas celui du candidat de gauche à la présidence) est non seulement une tromperie mais aussi un abus de confiance. Bien sur on pourra dire que c'est le propre des politiciens de promettre la solution au problèmes mais encore faudrait-il que ces solutions existent autrement que par des incantations, des promesses et des condamnations. Dans le réalité le Mexique a atteint un tel niveau de crise qu'il ne pourra jamais s'en remettre ou alors très partiellement et sur des points de détail.

Le système de gouvernement ou le système tout simplement est blindé: un parlement élu en partie à la proportionelle, un président qui dépend de ces chambres pour faire voter ses réformes, l'indifférence des parlementaires (le plus souvent absents), une alternative politique démagogique, incapable et peut-être presqu'aussi corrompue, un pouvoir judiciaire déliquescent et soumis, des pouvoirs militaires et policiers pas vraiment aux ordres sinon indépendants, une caste intellectuelle hypocrite, égoïste et indolente manquant à son devoir de porte-parole des problèmes d'exigence de changements, un pouvoir d'information médiocre sauf exception, des enseignements de faible niveau avant tout préoccupés de leur condition matérielle et bien évidemment une opinion publique résignée à l'absence de tout changement.

Ce que l'on appelle le "système PRI"* par amertume, colère, impuissance, mépris ou lâcheté c'est tout simplement à peu de choses près le système mexicain dont on sait que le changement est improbable sinon impossible. Mais c'est un tabou, personne ne voudra le reconnaître même en partie trop attachés à leurs privilèges et satisfaits avec la situation actuelle même s'ils sont de gauche.

* PRI: Parti Révolutionnaire Institutionnel, le parti au pouvoir de 1920 à ce jour avec une parenthèse de taille entre 2000 et 2012. Il contrôle largement le pays, directement ou non, par corruption très souvent.  

Le guacamole de Frankeinstein

Même Frankenstein s'était mis à la cuisine mexicaine ! On vient de retrouver un ancien article qui nous raconte la passion de Boris Karloff le célèbre actuel du monstre Frankeinstein (et de son créateur le savant du même nom) pour la cuisine mexicaine.

 L'originalité de ce guacamole c'est la touche anglaise : Boris Karloff y ajoute deux cuillerées à café de sherry (ou xérès ou porto ce que l'on a sous la main). A essayer : le coté un peu douceâtre du sherry pourrait compenser celui du piment si on a du mal à le supporter. En fait moi je n'en mets pas.

Liberté d'opinion en 2016

En quoi consiste la liberté d'opinion aujourd'hui s'il ne faut pas contrarier ces mythes, ces modes dangereux....? Et l'on en même oublié quelques uns: vegan, éclos, féminisme, black and arabe is good for you, compassion/empathie... :-(


Une médaille d'argent qui vaut de l'or ! (voir galerie photos ci-dessous)


German Sanchez gagne la médaillle d'argent en plongeon pour le Mexique

"La vie est un banquet et seuls....

Lue en ligne à l'instant cette réflexion cynique sinon cruelle :
"La vie est un banquet et seuls les imbéciles restent sur leur faim ! " (anonyme)



Des enseignants qui ont oublié ce que veut dire ce mot

 Ci-dessous la carte du résultat des examens d'évaluation une des pièces maîtresses de la réforme de l'éducation du président Enrique Peña Nieto. Évidemment, compte tenu de ses résultats prévisibles, cette disposition n'a pas plus même si la grande majorité s'y est pliée bien sur  avec des résultats très divers et le plus souvent loin de ce que l'on pouvait espérer. Cette disposition n'a jamais été acceptée du tout par la CNTE, le syndicat minoritaire d'inspiration anarcho-trotskyste dont les actions de rejet d la loi sont principalement violentes : blocus des voies de communication, squatting de lieux publiques,(Zocalo ou place la République à Mexico), enlèvement de camions et voitures, incendies d'autobus et ces jours-ci empêchement de l'ouverture des écoles.

Nombre d'élèves par maître  d'école
Les négociations exigées et finalement acceptées par le gouvernement n'aboutissent jamais car les dissidents du syndicat majoritaire exigent purement et simplement le retrait de la loi. Les enfants sont pris en otages, principalement dans les provinces  les plus pauvre du pays (Chiapas, Oaxaca, Guerrero) ou le CNTE non seulement est majoritaire mais a le monopole. C'est simple : cela en fera des candidats directs à l'émigration vers les Etats-Unis ou les attend sans doute une vie meilleure au moins matériellement.

Enseignants avec diplômés

La "mordida" : une coutume d'anniversaire

  Lors d'un anniversaire au Mexique il y a une coutume étrange et un peu  bébète. Il est courant sauf à partir des classes petites-bourgeoises un peu plus éduquées, un peu plus snobs, au moment de souffler les bougies d'appuyer sur la tête de celui qui souffle pour que son nez s'enfonce plus ou moins dans le gâteau. D'où le nom de "mordida". (morsure)
On me l'a fait une première fois il longtemps, cela m'a surpris masi c'est la coutume, et on ne s'en lasse pas avec moi car on aime bien rire un peu d l'étranger. Alors chaque année j'y ai droit, pas de problème.
Au cri de "Mordida! Mordida!" au moment de souffler les bougies il yen a toujours un qui chargé de la petite tradition. Pas méchant mais bien sur cela écoeure les américains. On les comprend un peu...


Combien d'ingrédients sont mexicains ? Cuantos ingredientes son mexicanos?

Carlos : 
- d'après ce que je sais, le nopal (feuilles de cactus), la tomate et la tomate verte, les piments et  le mais pour les tortillas (y compris la chaux pour la "nixtamilisation" sont d'origine méso-américaine. Cela dit la coriandre (de provenance africaine ou européenne), l'oignon (asiatique) le dérivé lacté (le fromage) et la viande (de boeuf que l'on voit dans le plat) sont d'origine du proche-orient.
Alicia :
- je crois que les seuls aliments mexicains sont la tortilla, le nopal, la tomate et la tomate verte (jitomate) utilisée pour les sauces. Le fromage, la coriandre, le fromage à coté de l'oignon sont européens.
Juan :
- c'est sur que la coriandre c'est grâce aux espagnols. Sans aucun doute il y a des preuves qu'il est d'origine africaine. 


Carlos:
- Pues hasta donde tengo entendido, los nopalitos, el tomate y el jitomate, los chiles y el maíz para las tortillas (cal incluida por aquello de la nixtamalización) son de origen mesoamericano.
Eso por un lado, por el otro yo observo cilantro (de posible origen africano o europeo), cebolla (asiática), el derivado lácteo (o sease el queso) y la carne -de res que se ve en el platillo- sus orígenes son posiblemente del Próximo Oriente.
Alicia:
-  Creo que los únicos alimentos mexicanos son la tortilla, el nopal, el jitomate y tomate usados en salsa. El queso, carne, cilantro, creo haber visto cebolla junto al queso, son europeos.
Juan:
- Cierto es que el cilantro lo conocemos por los españoles. Sin embargo, existen señalamientos de que su origen es africano.

Saleté de musique mexicaine !

..Eh oui c'est comme ça : que l'on aime ou pas la musique mexicaine quand il ya une fête, chez les voisins ou dans l'immeuble c'est parti pour durer au moins jusqu'à deux-trois heures du matin, Ici au Mexique le respect de l'autre, l'esprit de la vie en communauté c'est quelque chose d'inconnu, cela n'existe pas. C'est peut-être dans les textes mais au niveau de l'application réelle entre particuliers cela reste lettre morte. Il semble que en théorie il y ait tolérance jusqu'à minuit, un peu plus les fins de semaines. L'idée de nuisances sonores n'existe pas ici : on fait la fete, point !

(Je n'écoute pas souvent de musique mexicaine
mais quand je le fais ce sont les saletés de
 voisins qui en jouent jusqu'à 3heures du matin !!
Mais cela dépend aussi du voisin, s'il est étranger ou mexicain et pauvre ou riche.  Par mexicain je veux dire que si l'on me fera baisser la musique à 1 heure ou même à 11 heures et demi comme l'an dernier, les voisins mexicains pourront faire une nuit karaoké jusqu'à trois heures sans problème.
Alors bien sur il y a possibilité d'appeler la police mais elle ne se déplacera sans doute pas ou si elle le fait cela s'arrangera avec un billet de la part des voisins bruyants! Il faut donc endurer et l'on s'endort avant même que la fête ne soit finie !


L'homosexualité au Mexique ? (avec Angel Job Rivera)


D'une manière générale que penses-tu de la situation de l'homosexualité au Mexique ? 
-Elle très variée, manque de maturité, elle doit trouver sa personnalité, elle suit encore des modèles étrangers. Elle manque de tolérance. Ce pays est un pays très macho.

L'Église est le grand problème de l'homosexualité dans ce pays ?
- (Grand sourire) Oui et non. Oui car il y a une éducation très catholique et très traditionnelle. Non parce-que le mexicain n'aime pas suivre les règles,c'est un rebelle, il a du remords dans ses actes mais il continue de le faire.

  A côté de l'église quel est le poids des préjugés dans les milieux populaires?
- Il est important pour les personnes avec moins de ressources économiques, peur de ce que l'Eglise peut dire, encore plus si leur milieu leur dit comment vivre et se conduire. Une vie homosexuelle peut être problématique, ici ce n'est pas accepté, cela va à l'encontre du moule familial.
La télévision donne aussi une fausse image de l'homosexuel si elle ne s'en moque pas parfois. Enfin les enseignants surtout dans le milieu rural sont aussi très fermés à tous changements de mentalités.

A l'étranger on parle beaucoup du machisme au Mexique. Le machisme et l'homophobie sont-ils liés ?

  C'est sur. Le machisme lutte pour donner une image de cowboys et  de mariachis avec beaucoup de femmes et un comportement très viril. Çà devient le rôle a jouer et quand ils voient un gay qui n'entre pas dans ce moule, cela crée de l'homophobie. Y compris avec de nombreuses femmes qui n'aiment pas voir un bel homme efféminé : pour elles c'est du gâchis. Le gay mexicain aime simuler pour attirer d'autres hommes, mais si les deux font semblant d'être des machos alors qu'ils efféminés, ici on les appelle des "señoritas"... (rires)


La marche de la fierté gay au Mexique semble quelque chose de grandiose...

  -Oui elle est géniale ! (rires) Il y a cinq ans tu pouvais faire toute la marche à pied et tu voyais tout, aujourd'hui c'est impossible. La marche a tellement grandi en si peu de temps ... C'est devenu une journée spéciale pour la communauté dans tout le pays. Beaucoup viennent de tous  le pays afin de célébrer ici-même et d'autres états ont aussi leurs petites marches et aussi des semaines culturelles, des fêtes, etc .... On passe vraiment de bons moments !

Le mariage homosexuel au Mexique, au moins dans la ville de Mexico, il s'agit d'une avancée ?
- Bien sur. Nous nous attendions à ce que le projet soit  avorté mais ne fut pas le cas. Dans quelle mesure il y avait de l'opportunisme politique? Difficile à dire mais c'est fait, même si l'idée ne plaît pas a beaucoup(rires) y compris à une certine gauche. Le mariage est aujourd'hui légal à Mexico, et dans les états de Puebla, Nuevo Leon, Guanajuato et Cohuila. Plus de 5600 unions du même sexe ont été célébrées à Mexico avec seulement 1% de divorces. Bien sur ces mariages n'on pas force loi au niveau fédéral (national).

 On dit qu'au Mexique la bisexualité est un phénomène assez répandu. Est-ce vrai ?
- (Surpris) Ces bisexuels dont tu parles sont souvent des homosexuels réprimés mais pas toujours. Ils sont forcés à se marier pour plaire à la famille ou pour le travail et quand ils le peuvent ils cherchent de la distraction avec des gays. On dit ici : que faut-il à un hétéro pour devenir gay? Seulement deux tequilas.

-C'est pour cela que la téquila serait si populaire? Ah non quand même ! Mais ça marche aussi avec un pack de bières, de la vodka ou même du rompopé (oeuf battu avec du rhum).(Rires)

- Que dire de la situation du VIH et du sida au Mexique ?
C'est une situation alarmante, et même si on ne le croit pas il y a chaque jour de plus en plus de cas d'infections, y compris beaucoup qui ne le savent pas ne savent pas, même si l'on fait très attention. Les lieux de rencontres sont nombreux et pas chers, et l'on te donne des préservatifs et des conseils. Mais il y a presque partout une personne infectée et non seulement dans les lieux de rencontre, alors autant toujours faire attention.
Beaucoup de mes meilleurs amis sont infectés, ont une vie sexuelle et émotionnelle saine, bien informée. Nous sommes tous exposés à tout moment ... Donc je recommande de toujours faire attention, d'aimer de ne jamais oublier que nous sommes des êtres humains, que chacun fait des erreurs mais a le même droit de vivre, mais chacun d'entre nous choisit le chemin qu'il veut.

- Pour terminer tu penses te marier ? (sourire)
Certainement pas et encore moins avoir des enfants, mais qui sait l'avenir le dira...Tant que j'ai des quekas (quesadillas) je suis heureux.

Merci Angel !


(Quelques semaines plus tard Angel décédait. Son blog  souvenir pour ceux   que cela interesse :

Carmen Aristegui : le symbole d'un journalisme en faillite

Son dos problemas con Carmen Aristegui la gran y famosa periodista mexicana. o mas bien uno con ella y uno con los mexicanos:
- aun si es una periodista, es una empleada de una empresa privada y no se dice donde sea que no pueden darla de baja. MVS es una impresa de prensa privada, Carmen A. no es una funcionara intocable. Tenia no mas el estatus de un empleada del sector privado con todo lo que eso implica. En todos países del mundo incluso en EU se dan de baja a periodistas aun para motivos minores como en el New Yorker el año pasado - el segundo problema es que en un país con casi 170 000 periodistas parece que apenas unos son dignos de este nombre. Entonces eso nos enseña la pobreza del sistema educativo mexicano y/o el desinterés de su gente educada para su país. Pero obviamente nadie lo va a aceptar. El caso Aristegui fue el reflejo d una situación que le duele al élite y a sus seguidores. De hecho es igual con los ingenieros. Salen 120 000 al año (47 000 en GB) pero con cual nivel? Para terminar no hay duda que Carmen Aristegui es mas que una periodista. No se puede negar que tiene preferencias políticas obvias que no tienen nada que ver en un trabajo de periodista salvo si es de un partido. Se ve mas partidista que abierta a todos los corrientes de informacion. Estas verdades molestan, tal vez duelen pero asi es...:-(

Des ingénieurs ? Oui, mais quantité ET qualité ?

(Mise à jour)

Un exemple, un symbole (?) du grand mal mexicain : il sort 120 000 ingénieurs par an, un chiffre énorme on le devine...
En France la population globale d'ingénieurs est de 702 000 personnes toutes générations confondues! En jetant un coup d'oeil rapide en ligne on s'aperçoit que la production française par an est dans la moyenne européenne : 47 000 ingénieurs par an sont diplômés en Grande-Bretagne. Bien sur on peut y ajouter les 29 000 "apprentice engineers" (techniciens de très haut niveau). Dans l'ensemble on est quand même très loin des 120 000 ingénieurs diplômés au Mexique. Certes il un manque très important d'ingénieurs dans les pays occidentaux, mais est-ce une raison pour brader les diplômes ? Plus de 37% des candidats de l'IPN (dont 44%  élèves ingénieurs) sélectionnés pour un semestre à étranger ne satisfont pas au minimum requis de 8/10 toutes matières confondues.
Le problème c'est le problème de niveau . Ici on est admis dans les écoles d'ingénieurs à 18/19 ans après un "bachillerato" (baccalauréat) à peine symbolique. En France après deux sinon trois ans de Maths-sup et Maths-spé les concours sont très difficiles pour intégrer une école d'ingénieurs. De plus en France les écoles d'ingénieurs sont privées et payantes (on peut avoir des bourses facilement) ce qui motive les etudiants : on peut rarement redoubler. A l'IPN ce n'est pas un problème.

Au Mexique la première école d'ingénieurs, l'IPN (Institut  Polytechnique National,  #742 au ranking de Shanghai même si c'est seulement indicatif)... est gratuit avec seulement une donation de 300 pesos (20 euros) par élève par an. Beaucoup ne prennent pas les études au sérieux. Le directeur de l'IPN les appelle naturo-étudiants. Un exemple d'une source sure m'a confié : à peine trois étudiants sur dix viennent au laboratoire d'aérodynamique, Pour si peu on n'ouvre pas la soufflerie. Autre difficulté, la jeunesse, l'immaturité des étudiants en fait une chair facile à manipuler pour des grèves allant jusqu'à trois mois à l'IPN cette année, een période d'examens, deux mois en 2015 en pleine période d'examens,(six mois à  l'UNAM en 1999). Quant aux langues elles ne sont pas incorporées dans le curriculum c'est donc à l'étudiant de se débrouiller s'il en a envie, et le plus souvent ce n'est pas le cas.Il préfère les échecs ou même le kung Fu comme c'est le cas pour mon ami étudiant en aéronautique.  Bien que (très) brillant il n'a pas compris que l'étude intensive de l'anglais était plus importante que ces hobbies. L'IPN organise aussi des concours de poésie qui mobilisent pas moins de 400 étudiants ! Des concours de poésie oui, des concours de trouvaille technique même si de base, non...

En fait ce n'est pas une réforme de l'éducation qui est nécessaire sinon une refonte complète avec remise à niveau. Autant dire l'impossible.

Qu'est-ce qui cloche avec Aéromexico ?

 Incroyable mais vrai ! Malgré sa poids, ses finances, son appui gouvernemental, la compagnie nationale mexicaine arrive presque 100ème du classement  international. Cela rappelle un peu sinon sûrement comment la UNAM, la première université du pays arrive #212 dans la liste Shanghai.
Qu'est-ce qui cloche alors avec Aéromexico ? Il est vrai que tous critères sont peut-être pris en compte : l'aéroport est es facilites en tous genres, les salons VIPs, la ponctualité et bien sur le service à bord : personnel, distractions et repas. Et d'autres peut-etre.
Les meilleures compagnies aeriennes  d'Am/lat
RangCompagnieNationalite
45.LANChile
55.AzulBrasil
56.AviancaColombia
57.TAMBrasil
69.CopaPanamá
94.AeroméxicoMéxico

Après avoir tellement cherché...

"Après avoir tellement cherché tu as finalement décidé de t'installer au Mexique...?"


Eh bien oui... En fait je n'ai pas trop cherché, le Mexique s'était imposé à moi depuis des années et c'était une évidence. C'est vrai qu'en 2009 il y a eu une crise de désamour. Pendant la saison d'hiver 2008-2009, ma première saison en pré-retraite à Mexico, cela ne s'est pas  passé exactement comme je le pensais. Je m'étais beaucoup investi psychologiquement dans cette pré-installation et je n'ai pas eu le retour attendu. J'ai découvert alors ou peu plus les mexicains tels qu'ils sont, c'est à dire dans leur majorité intéressés, au moins avec vieil étranger, ce n'est pas le cas avec des plus jeunes. J'ai rarement eu des retours, mon petit ami n'a pas compensé cette déception. Je suis parti en laissant tout au garde-meubles et un an plus tard je suis allé voir au Pérou ce qu'il en était.
Autant le dire tout de suite : quand on a été mordu par le Mexique et Mexico il est difficile de s'en défaire. Et Lima m'a  semblé tellement provincial. Une installation au pays des incas était impossible et j'ai décidé une fois pour toute que ce serait le Mexique. Et meme avec quelques réserves j'y suis heureux.

No se ingles?

Au sujet du faible niveau des étudiants ou professionnels ici. J'ai une vague copine juive de bonne famille Paulina Banias qui demande sur le Facebook de Couchsurfing un livre pour apprendre l'anglais de base ! De deux choses l'une ou elle en a besoin pour apprendre elle-même l'anglais ou c'est pour offrir a quelqu'un.
Peut-on jurer pour la première solution ? J'aimerais mais je n'en suis pas sur.

"Maldito gobierno" (maudit gouvernement)

Tout est de la faute du "maldito gobierno" (maudit gouvernement comme on le voit ici ! Et c'est à peine une plaisanterie ! Ils font toutes les bêtises du monde ne respectent ni règles ni lois et ensuite il faut bien un coupable.  Et bien sur le coupable c'est ce gouvernement honni même si élu avec une très large majorité  même si ce n'est pas celle qui plaît et qui est dominante dans la vie intellectuelle, les réseaux sociaux et bien sur fait ces dessins !

(Maudit gouvernement)

La face cachée d'un héros (Emiliano Zapata)


Bien que peu connu le très célèbre révolutionnaire Emiliano Zapata a eu une aventure avec Ignacio de la Torre, le gendre de Porfirio Diaz, la fille même du président dictateur le rapporte dans son journal.
La triste sinon tragique fin de l'histoire c'est que jaloux des écuries du gendre Zapata qui lui en avait confie la responsabilite durant un an il ne lui permit pas de partir en exil avec sa famille en 1911. Il en fit l'esclave sexuel de ses troupes jusqu'à sa fuite aux Etats-Unis en 1918 ou il mourut peu après des suites d'une opération non réussie.



Ingénieurs en aéronautique à la mexicaine


 Cela serait tellement intéressant de connaître leur niveau en comparaison du niveau international. Le semestre passé, à une année du diplome, on a fait construire aux futurs ingénieurs en aéronautique une maquette d'aile d'avion (en carton fort) et un pont (en bois), d'environ un mètre, pour éprouver la résistance lorsqu'on leur poserait des briques dessus... On est (très) loin du compte d'un niveau digne du titre d'ingénieur. Les mêmes étudiants dans leur majorité étaient absents à l'atelier de soufflerie aéronautique. Atelier qui n'a donc pas eu lieu pour seulement deux étudiants présents.


Ingénieurs : la quantité oui, mais le niveau ?

Un exemple, un symbole (?) du grand mal mexicain : il sort 120 000 ingénieurs par an, un chiffre énorme on le devine... En France la population globale d'ingénieurs est de 702 000 personnes toutes générations confondues! En jetant un coup d'oeil rapide en ligne on s'aperçoit que la production francaisee par an est dans la moyenne européenne : 47 000 ingénieurs par an sont diplômés en Grande-Bretagne. Bien sur on peut y ajouter les 29 000 "apprentice engineers" (techniciens de très haut niveau). Dans l'ensemble on est quand meme très loin des 120000 ingénieurs diplômés au Mexique. Certes il un manque très important d'ingénieurs dans les pays occidentaux, mais est-ce une raison pour brader les diplômes ? Plus de 37% des candidats de l'IPN (dont 44%  élèves ingénieurs) pour un semestre à étranger ne satisfont pas au minimum requis de 8/10 toutes matieres confondues.
Le problème c'est le problème de niveau . Ici on est admis dans les écoles d'ingénieurs à 18/19 ans après un "bachillerato" (baccalauréat) à peine symbolique. En France après deux sinon trois ans de Maths-sup et Maths-spé les concours sont très difficiles pour intégrer une école d'ingénieurs. De plus en France les écoles d'ingénieurs sont privées et payantes (on peut avoir des bourses facilement).

Au Mexique la première école d'ingénieurs, l'IPN (Institut  Polytechnique National,  #742 au ranking de Shanghai même si c'est seulement indicatif)... est gratuit avec seulement une donation de 300 pesos (20 euros) par élève par an. Beaucoup ne prennent pas les études au sérieux. Un exemple d'une source sure m'a confié : à peine trois étudiants sur dix viennent au laboratoire d'aérodynamique, Pour si peu on n'ouvre pas la soufflerie. Autre difficulté, la jeunesse, l'immaturité des étudiants en fait une chair à facile à manipuler pour des grèves allant jusqu'à trois mois à l'IPN cette année, een période d'examens, deux mois en 2015 en pleine période d'examens,(six mois à  l'UNAM en 1999). Quant aux langues elles ne sont pas incorporées dans le curriculum c'est donc à l'étudiant de se débrouiller s'il en a envie, et le plus souvent ce n'est pas le cas.Il prefere les echecs ou meme le kungfu comme c'est le cas pour mon ami etudiant en aeronautique.  Bien que (trèes) brillant il n'a pas compris que l'etude intensive d e l'anglais etait plus importante que ces hobbies.

En fait ce n'est pas une réforme de l'éducation qui est nécessaire sinon une refonte complète avec remise à niveau. Autant dire l'impossible.

Cafétl deslactosadotl avec deux spelndatl

Peut-être la meilleure vidéo, au moins la plus drôle que j'ai jamais vue ! Une caricature des abus sinon de l'outrance, des ravages d'une mode ou d'un nouveau mode de vie... Heureusement ce n'est qu'une infime minorité d'une infime minorité.


https://www.facebook.com/choforon/videos/10153025818002169/


"Pauvre Mexique si proche des Etats-unis et si loin de Dieu"

C'est aujourd'hui 2 juillet le jour anniversaire de la mort  de Porfirio Diaz le dictateur-président du Mexique de 1876 à 1911 né à Oaxaca en 1830 et mort à Paris le 2 juillet 1911. Il est enterré au cimetière Monparnasse et honore par des fidèles ou plutôt des nostalgique de tette époque de paix et de développement.
"Pauvre Mexique si proche des Etats-unis et si loin de Dieu"
Très contesté et combattu à son époque et aujourd'hui pour son autoritarisme et  sa cruauté il a néanmoins stabilisé sinon pacifié le Mexique et démarré son développement économique. Cela dit à la même époque, un peu avant ou après, les régimes à poigne qui ne faisait pas dans la dentelle étaient de rigueur : Russie, Prusse, Turquie et en même la France et l'Angleterre qui n'hésitaient pas à massacrer dans les colonies.
Aujourd'hui certains en ont la nostalgie et d'autres voudraient le rapatriement de ses cendres au Mexique. Il est sur que le Mexique d'aujourd'hui ne pourra se rétablir que grâce à un pouvoir très fort. Un pouvoir qui ne respecterait pas le jeux politiques, un pouvoir qui pourrait combattre la corruption,  un pouvoir qui ferait appliquer les lois et les règlements, un pouvoir qui mettrait de l'ordre dans le pays pour l'asseoir au rang qui peut être le sien. Evidemment c'est impossible à imaginer : un coup de force obligatoirement avec des blessés et des morts, une lutte contre des syndicats anarcho-marxistes comme celui des instituteurs ou des groupements de guerillas comme l'EZNL, ne se ferait pas dans la douceur. Il serait inacceptable pour l'opinion publique internationale et condamné au moins de façade par les gouvernements qui  savent très bien que c'est la seule solution possible...

Si le MacDo avait été inventé au Mexique

Il n'y  a que les mexicains qui ne s'en aperçoivent pas par méconnaissance mais l'arnaque sur les produits de consommation (en plus du reste) est flagrante ! Bien sur il y a des exemples ou c'est plutôt le contraire comme la "torta", l'énorme sandwich de 300g à une livre sinon plus.
Bien sur le prix est en rapport : 3 hotdogs pour 20 pesos (1,20 euro) ou un hamburger de stand pour 15 pesos ou 20 pesos on ne peut espérer avoir quelque chose digne de ce nom. La viande, principalement de la graisse, est a peine épaisse de deux millimètres mais avec trois rondelles de
 tomate, un peu de salade, la sauce mayonnaise la sauce chili, c'est parfait !

L'hypocrisie maximum

Cette attitude principalement intellectuelle prompte à dénoncer tout et rien lors de conflits éloignés, presque virtuels, alliée à l'indifférence de la misère quand ses  victimes sont sur place c'est un phénomène répandu dans toute sa splendeur au Mexique.

La répression contre les gens de Oaxaca continue